Haptonomie

Cet accompagnement favorise le développement de la relation affective, active, entre la mère, le père et l’enfant.
Son projet est donc plus vaste qu’une préparation à l’accouchement qui cependant y est incluse. Il aide à l’instauration et au développement  du sentiment de parentalité. Il sollicite la participation relationnelle de l’enfant dès la conception, dans le giron maternel. L’haptonomie appelle « giron » le « nid affectif » formé par l’utérus, le périnée, le diaphragme thoracique et les muscles abdominaux qui fonctionnent comme un ensemble dès que la mère est en contact affectif avec son enfant. Conduit dans une ambiance de sécurité, de tendresse et de confiance, l’accompagnement se poursuit après la naissance, jusqu’à l’acquisition de la marche, étape majeure de l’autonomie. La qualité relationnelle affective qui s’établit entre les parents et l’enfant s’avère préventive des troubles du « devenir-soi ».

Haptonomie prénatale

L’haptonomie prénatale permet un accompagnement à la vie dès la 16ème semaine de grossesse jusqu’à l’accouchement (attention, il est nécessaire de commencer les séances avant le 6ème mois).

Au gré des 6 à 8 séances qui auront lieu avant le terme, vous apprendrez à établir une communication avec votre bébé grâce au toucher affectif et ainsi à créer une sécurité intérieure. Ces séances permettent également de soulager et d’optimiser le port du bébé, de favoriser un accouchement harmonieux où chacun trouve sa place. Cela permet aussi de se préparer à une césarienne.

Les séances se font obligatoirement en couple.

Se rencontrer avant la naissance

Ainsi se crée une relation affective, légère et profonde à la fois, le plus souvent joyeuse, même dans les moments graves.
On s’aperçoit que, bien avant de naître, l’enfant guette tout ce qu’il peut percevoir comme un signe de connivence ou un appel à jouer, à se manifester…Lire la suite

Il vient chercher le contact des mains si elles sont tendres, mais les fuit si elles sont trop lourdes ou déplaisent à sa mère. Très vite, il reconnaît les voix de ceux qui entourent sa mère et s’approche de celles qui lui conviennent. Cette reconnaissance des voix se fait d’abord, très précocement, par la perception des vibrations qu’elles provoquent dans son espace, sur sa peau et dans ses os. Vers le début du troisième trimestre, l’audition proprement dite se met en place et s’ajoute aux repères sensoriels déjà établis. La voix du père est très importante parce que, contrairement à celle de la mère qui vient toujours du même endroit, elle surgit à partir de lieux différents. Il en est de même pour celle des frères et sœurs. Après la naissance, la voix paternelle -déjà familière- se révèle très apaisante pour l’enfant, ce qui peut être essentiel si celui-ci doit être séparé de sa mère.

Dans des jeux très subtils, l’enfant se balance de différentes manières entre les mains de ses parents, mais très doucement et sans faire de galipettes, ce qui, comme certains le craignent, risquerait de provoquer des problèmes avec son cordon: l’haptonomie ne provoque pas de problèmes de cordon ! Ces mouvements qui évoquent des danses sont propres à chaque enfant et varient selon les moments. Eux-mêmes les proposent quand la mère est tranquille. À leur manière, les enfants font sentir à leurs parents qu’ils sont disposés à communiquer. Très vite, les mères sentent les rythmes de leur enfant, ses moments de disponibilité ou de retrait. Ainsi, quand l’accompagnement haptonomique est bien mené, il n’y a pas de risque de sur-stimulation de l’enfant ; on s’adapte à lui. Cela signifie qu’on ne le sollicite pas de l’extérieur quand il n’est pas disponible. Cette manière de l’inclure dans la vie affective, donne à l’enfant, très tôt avant sa naissance, le sentiment d’être accueilli et accepté tel qu’il est. Cette sécurité et ces invitations lui permettent de vivre des moments d’échanges dans la sécurité, essentiels pour l’épanouissement de soi et pour la maturation de toutes ses facultés sensorielles et intellectuelles. C’est ainsi que se fondera son autonomie, enracinée dans le dialogue affectif et la confiance en soi et en l’autre

Le tiers

Quand le père est définitivement parti ou si la mère est seule, on invite celle-ci à choisir une personne proche qui partagera avec elle et son enfant le cheminement de la grossesse et l’accueil de ce dernier.

Sans remplacer aucunement le père, toujours présent dans l’enfant, ce tiers (le plus souvent il s’agit d’une autre femme) les aidera, elle et son enfant, lors de la grossesse et de la naissance, afin que l’accent ne soit pas mis exclusivement sur la dyade mère /enfant.
En effet, trop renforcer la relation à deux serait potentiellement étouffant pour l’enfant et sa mère. Le père ou le tiers permet que la relation affective forte qui se développe entre l’enfant et sa mère ne soit pas fusionnelle. Par ailleurs, il est très important que les rencontres affectives se poursuivent entre les séances, que la mère soit aidée à avoir plus de confort malgré les modifications de sa silhouette.

Tout cela suppose la présence d’un tiers, même si ce n’est pas le père. Un enfant a toujours besoin de sentir qu’il y a un ou des autres autour de sa mère.

Haptonomie post natale

L’haptonomie post-natale permet quant à elle un accompagnement à la vie de la naissance jusqu’à la marche acquise.

Elle permet à votre enfant d’accéder à une sécurité intérieure grâce à la communication préétablie in utéro. Votre enfant devient ainsi acteur de ses mouvements, de ses retournements, de son port, participant à ses soins (change, habillage…) en toute sécurité affective.

Les séances ont lieu une fois par trimestre en présence des 2 parents.

La manière dont on porte un enfant est une façon de lui signifier beaucoup de choses, le port est un langage et l’enfant est extrêmement sensible à la cohérence entre ce qui est signifié avec les gestes et ce qui est dit avec les mots.

Par ailleurs, l’haptonomie accorde une très grande importance à la verticalité. Ou plutôt, au sentiment de la verticalité, procuré même à un enfant couché, quand on lui donne à sentir la dynamique qui va de son sacrum (sa base) à sa tête. L’éprouvé de cet axe est essentiel pour son développement. Par le soutien de base – port sécurisant – l’enfant prend conscience de sa corporalité et développe un état de sécurité de base dans ce monde où beaucoup de choses nouvelles et de sensations fortes arrivent en rafales. Le sentiment de continuité, le fait de retrouver les repères d’avant la naissance, sont une grande aide pour l’enfant qui entre dans un monde où ses besoins viennent scander un temps, qui, avant sa naissance, se déroulait dans une continuité accompagnée par des événements extérieurs un peu lointains…Lire la suite

Naître, c’est perdre de l’autonomie et découvrir la dépendance vis-à-vis des adultes. Autour des soins, se nouent des moments de rencontre affective dont l’enfant a besoin tout autant que de lait ou de propreté. La construction de l’identité est une affaire de mots et de gestes mêlés, et de sécurité affective. Les premiers jours de vie et les premières semaines sont essentiels pour l’enracinement de l’identité. Ce qui se vit là a des effets au très long cours sur la personnalité.
La manière haptonomique d’accueillir l’enfant dès sa naissance a pour but de lui donner, à chaque étape de son développement et en fonction des circonstances, un sentiment de sécurité qui lui apporte le sentiment de son autonomie, qu’il renforce. Même si celle-ci est encore relative, le sentiment qu’il en a est essentiel. Ainsi, la sécurité de base acquise lors de la vie prénatale continue à se développer, elle deviendra plus tard le fondement de la sûreté de soi.
Lors de chaque rencontre, l’haptothérapeute sera finement à l’écoute des difficultés de chaque membre de la triade, ainsi que d’éventuels soucis avec les enfants aînés. Tout n’est pas facile pour le père, la mère, leur couple et l’enfant dans ces premiers mois de vie aérienne qui les bouleversent et modifient tous les rapports. Surtout pour un premier bébé.

Au cours de la première année, un enfant évolue énormément, c’est pourquoi la manière de le porter et de s’occuper de lui doit s’adapter à son développement.

Crédit photo: les créations d’Éphée